Bienvenue sur le blogue d'Atypic

Voir la liste des billets >

Portrait de Pascal Lépine

Pour un changement de paradigme

Comme plusieurs Québécois(es), je suis attentivement la campagne présidentielle américaine.

Lors du deuxième débat qui a eu lieu mardi dernier, j’ai encore une fois été frappé par le paradigme sur lequel repose la vision de la société américaine, soit le public vs le privé.

En fait, sans trop exagérer, on pourrait résumer les dernières décennies de politique américaine à un débat entre « un gouvernement moins présent » et « un secteur privé plus présent » et vice versa.

Si ce paradigme apparaît de façon plus nette chez nos voisins du Sud, il n’en demeure pas moins qu’il est présent ici aussi, tant au Québec qu’au Canada. Or, tout comme le Dr Henry Mintzberg, je suis d’avis qu’il faut changer ce paradigme qui nous fait tourner en rond depuis trop longtemps.

Comment? En introduisant un 3e élément-clé dans l’équation, soit le secteur pluriel (réf. Mintzberg) qui regroupe les OBNL et les organismes de charité. D’ailleurs, dans une récente entrevue accordée au Globe and Mail, le Dr Mintzberg explique qu’il faut rééquilibrer la société, ceci en insistant davantage sur l’importance du secteur pluriel.

Cela ne veut pas dire que les secteurs privé et public ne sont pas importants. Je suis d’avis qu’on a besoin d’un secteur privé performant et responsable et d’un secteur public empathique et efficace.

Pour moi, le débat n’est pas de savoir lequel des deux secteurs est le plus important, car chacun a besoin de jouer son rôle. Ce que cela veut dire, c’est qu’il y a un autre secteur, le secteur pluriel, qui est trop souvent oublié. Si le secteur public est la tête et le secteur privé les tripes, le secteur pluriel, lui, c’est le coeur de la société.

En effet, que serait notre société dans le secteur pluriel? Qui prendrait en charge les activités de sport et de loisir? Qui se dévouerait pour vaincre une terrible maladie? Qui ferait la promotion de saines habitudes de vie? Inimaginable, n’est-ce pas?  

Le secteur pluriel n’a tout simplement pas l’attention qu’il mérite dans les débats publics car les acteurs des secteurs public et privé accaparent l’espace. Le temps est donc venu de reconnaître toute l’importance du secteur pluriel.

Pour ce faire, même si par définition le secteur pluriel regroupe des organisations fort différentes, il faut que les acteurs du secteur pluriel se mobilisent pour faire connaître aux Québécois et aux Québécoises le rôle essentiel qu’ils jouent, trop souvent dans l’ombre.

Le secteur pluriel doit également prendre part aux discussions qui ont trop souvent lieu à huis clos entre les secteurs public et privé. Enfin, il est temps que les organismes du secteur pluriel cessent de ne défendre que leurs intérêts et défendent aussi ceux du secteur pluriel dans son ensemble.

Bref, il est temps de rééquilibrer les forces entre privé, public et pluriel. Personnellement, je ne crois pas que nous verrons ce changement dans la société américaine. Mais je suis convaincu que nous, Québécois(es), sommes capables d’un tel changement, pour le bénéfice de tous. 

Commentaires

Brazil beat Paraguay 3-0 on Tuesday, becoming the first team to qualify for Russia 2018 aside from the hosts themselves <a href="https://fifaworldcup2018livestream.org/">2018 fifa world cup</a>

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.