Bienvenue sur le blogue d'Atypic

Voir la liste des billets >

Portrait de Marina Jolly

Conférence Momentum 2013 : innovation, utilité et responsabilité

Ce mardi 17 septembre avait lieu à la Place des Arts la deuxième édition de Momentum, une journée de conférences organisée par Novae et ayant pour thème les nouveaux modèles d’affaires écoresponsables. Les intervenants ont abordé divers aspects allant de la ville intelligente à la responsabilité sociale des entreprises. Je retiens 3 mots-clés de cette journée stimulante : innovation, utilité et responsabilité que me propose de vous présenter dans ce billet.

Innovation

Innover, c’est répondre d’une manière nouvelle ou créative à un besoin identifié. L’innovation sociale implique donc une analyse des besoins des citoyens, que l’on tentera de combler en prenant un chemin inusité. La première conférence, intitulée « La ville intelligente, ou comment révolutionner l’innovation sociale » s’attelait aux façons de repenser nos villes pour les adapter aux réalités actuelles. Selon Louise Guay de Living Lab, l’interaction et l’échange entre privé, public et citoyens sont indispensables pour faire évoluer nos espaces de vie. La cocréation de valeur a aujourd’hui plus de sens que la création de valeur unilatérale.

Elle s’est exprimée là-dessus au TEDxHEC-Montréal. Voici un extrait en images de son intervention :

 

Par ailleurs, Louise Guay a expliqué que les banlieues sont principalement des dortoirs d’où les habitants sortent la journée pour aller travailler, magasiner, etc., engorgeant les voies d’accès aux centres urbains. On observe dans le même temps que de nombreux espaces en périphérie des villes restent inutilisés. Elle a donc lancé un appel aux entreprises : pourquoi ne pas louer ces locaux et les transformer en espaces de cocréation pour travailleurs autonomes et télétravailleurs?

Les marques également doivent évoluer dans leur approche de la responsabilité sociale. « Elles doivent redonner à la société », affirme Cristiane Bourbonnais de Cohésion. Cela est d’autant plus vrai que la génération Y, employés ou clients, ne se satisfait plus d’une entreprise uniquement préoccupée par ses revenus car elle est en quête de valeur plus morale.

Utilité

Lors du panel des start-up de l’éco-innovation, les intervenants ont du répondre à la question suivante : qu’est-ce qui vous a poussé à appliquer cette approche éco-innovante? Une réponse éclatante de simplicité a fusé : « l’envie d’être utile ». Emmanuel Druon, président de Pocheco, une entreprise de fabrication d’enveloppes, met le bon sens au cœur de son approche des affaires. Il affirme que l’écologie peut tout à fait être intégrée à un modèle d’affaires rentable, preuve à l’appui. Cela s’appelle l’écolonomie. L’histoire de la révolution du développement durable appliquée à son entreprise depuis les années 90 est édifiante, il en a d’ailleurs fait un livre : Écolonomies, Entreprendre et produire autrement.


Crédit photo : Cindy Boyce

Il est certain que la verve et le sens de l’humour d’Emmanuel Druon aident à faire passer le message, mais son propos reste d’une simplicité déconcertante. « Si mon employé se coupe un doigt, je ne suis pas content. Ce n’est pas parce qu’il va me faire un procès, c’est juste parce qu’une personne qui se coupe un doigt, ça ne me fait pas plaisir! ». Ce sont ces principes qui l’ont conduit à revoir sa chaine de production pour la rendre plus sécuritaire et plus respectueuse de l’environnement, des fournisseurs jusqu’à la gestion des eaux usées.

Responsabilité

Quelque chose m’a semblé ressortir de cette journée, comme en fil conducteur. La vision classique de l’entreprise plaçait le profit et la croissance comme finalité ultime. Devant les dérèglements que cela a engendré, on a commencé à créer des lois imposant aux entreprises de prendre en compte les problèmes de société pour y pallier. Beaucoup d’entre elles développent aujourd’hui des programmes de responsabilité sociale des entreprises, redonnent à la société via leurs fondations etc. Ces actions peuvent être perçues comme étant le fruit d’une logique juridique ou marketing. Mais à Momentum, j’ai entendu des gens d’affaires affirmer que la responsabilité sociale relevait de leurs valeurs, de leur envie d’être utile, de changer les choses.

Avec sa plateforme collaborative en ligne gratuite Imagination for People, Franck Escoubès se bat pour expliquer et faire accepter ce nouveau modèle d’affaires. Lui et son équipe mettent beaucoup d’énergie pour faire vivre ce projet par conviction. La conviction que c’est la communication, la participation et l’échange de toutes les parties prenantes d’une société qui feront avancer les choses. Une bonne nouvelle pour le secteur pluriel!

Pour conclure, comme le dit Kirk Myers (REI), le plus important n’est pas «  comment nous faisons moins de mal, mais comment nous faisons plus de bien! ».

Commentaires

Bravo! - Vous avez mis en mots ce que je ressens comme avenir: urbain, sain et humain. MERCI! Ça me réconcilie avec ce que je vis (sans voiture, résidence miniature, déplacement "dynamique", gestion de la consommation minimale = Bonheur agrandi et tranquillité d'esprit). - Tout sujet semblable m'intéresse: exploitationsmorel@hotmail.com
LJM

I like the valuable info you provide to your articles. I will bookmark your blog and check again here regularly. I’m somewhat certain I will be told many new stuff proper right here. Thanks!
http://www.juegosfriv2018.link/jewelish-blitz/

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Actualiser Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.